Le biomimétisme est une discipline qui s’inspire de la nature pour résoudre des problèmes humains complexes. En termes de tourisme, l’idée est d’utiliser la nature comme un modèle pour développer des solutions innovantes, durables et respectueuses de l’environnement.

  • Premièrement, la nature a créé des systèmes d’adaptation incroyables. Un exemple pourrait être l’organisation du flux de visiteurs dans un site touristique en s’inspirant de la façon dont les bancs de poissons ou les volées d’oiseaux se déplacent dans la nature, permettant une mobilité fluide et harmonieuse.
  • Deuxièmement, les infrastructures de tourisme peuvent s’inspirer des structures naturelles pour leur durabilité. Par exemple, l’architecture des hébergements pourrait imiter la structure d’une termitière qui maintient naturellement une température constante sans avoir besoin d’énergie externe, permettant une économie d’énergie significative.
  • Ensuite, le biomimétisme suggère de copier la façon dont la nature recycle tout. Dans le domaine de la restauration, par exemple, les déchets pourraient être compostés sur place, créant un cycle de matière fermé similaire à celui de la nature.

L’information et la communication pourraient également imiter la nature. Imaginez une application de voyage qui fonctionne comme une ruche d’abeilles, où chaque utilisateur partage et reçoit des informations en temps réel pour une expérience de voyage plus enrichissante et collaborative.
Enfin, le biomimétisme nous rappelle que, tout comme la nature, les activités touristiques doivent être régénératrices plutôt que destructrices. Cela signifie que chaque activité devrait viser à laisser l’environnement dans un meilleur état qu’avant.
Le biomimétisme nous invite à regarder la nature non seulement comme une source de beauté et d’inspiration pour le tourisme, mais aussi comme un guide précieux pour rendre le tourisme plus durable et respectueux de l’environnement.

Possibilités de s’inspirer de la nature dans le secteur du tourisme

 
  1. L’éco-conception inspirée par la nature : Les hôtels peuvent s’inspirer de la conception des termitières pour une régulation thermique naturelle, minimisant ainsi la nécessité de systèmes de chauffage et de climatisation artificiels coûteux et énergivores.

  2. L’aménagement paysager biomimétique : Les parcs et les jardins peuvent imiter les écosystèmes naturels locaux pour favoriser la biodiversité, créer des habitats pour la faune locale et réduire l’entretien et l’irrigation nécessaires.

  3. La conception des transports : Inspirés par la nature, les véhicules pourraient être conçus pour être plus aérodynamiques (comme les oiseaux) ou pour économiser l’énergie (comme les poissons en bancs), ce qui réduirait leur impact environnemental.

  4. La restauration inspirée par la nature : En utilisant des méthodes de permaculture qui imitent les processus naturels, les restaurants et les services de restauration peuvent produire des aliments de manière plus durable.

  5. Les activités inspirées par la nature : Le tourisme d’aventure peut s’inspirer des animaux pour créer des expériences uniques, comme l’escalade inspirée par les geckos, le kayak inspiré par les otaries ou le parapente inspiré par les oiseaux de proie.

  6. L’éclairage biomimétique : S’inspirer de la façon dont certains organismes marins produisent leur propre lumière (bioluminescence) peut conduire à des innovations en matière d’éclairage urbain ou architectural, réduisant ainsi la consommation d’énergie.

  7. Le système de réservation : Le modèle d’organisation des colonies d’abeilles pourrait inspirer le développement de systèmes de réservation plus efficaces et intuitifs, permettant une allocation optimale des ressources en fonction de la demande.

Le biomimétisme est une approche de l’innovation qui s’inspire de la nature pour résoudre les défis complexes auxquels nous sommes confrontés dans notre société. Il s’agit de chercher des solutions durables en imitant les stratégies et les principes naturels qui ont été raffinés et optimisés au fil de millions d’années d’évolution.

Le terme “biomimétisme” vient des mots grecs “bios” (vie) et “mimesis” (imitation). Fondamentalement, le biomimétisme est basé sur l’idée que la nature, à travers l’évolution, a déjà résolu de nombreux problèmes auxquels les humains sont confrontés. Les plantes, les animaux et les microbes sont, en effet, les meilleurs ingénieurs et ont beaucoup à nous enseigner.

Le biomimétisme peut être appliqué dans de nombreux domaines, y compris mais sans s’y limiter :

  • L’architecture et le design : Les architectes et les designers peuvent s’inspirer des structures naturelles pour créer des bâtiments et des produits plus efficaces et durables. Par exemple, certains bâtiments sont conçus pour imiter la ventilation naturelle des termitières, réduisant ainsi la nécessité d’une climatisation énergivore.
  • L’ingénierie et la technologie : Les ingénieurs peuvent s’inspirer des solutions de la nature pour développer des technologies innovantes. Par exemple, les feuilles de lotus ont inspiré le développement de surfaces auto-nettoyantes.
  • La médecine et la pharmacologie : Les scientifiques étudient la manière dont les organismes naturels combattent les maladies pour développer de nouveaux médicaments et traitements.
  • L’agriculture : Les principes du biomimétisme peuvent aider à créer des systèmes agricoles plus durables qui imitent les écosystèmes naturels, minimisent les dommages à l’environnement et améliorent la productivité.

——————————

  • Le tourisme : Le biomimétisme offre d’innombrables possibilités d’application dans le secteur du tourisme. Il peut aider à créer des expériences touristiques plus durables, respectueuses de l’environnement et authentiques.
  • Hébergements biomimétiques : Les hébergements peuvent être conçus en s’inspirant des principes du biomimétisme pour minimiser leur impact environnemental et améliorer le confort des visiteurs. Par exemple, la conception des bâtiments peut s’inspirer des termitières pour une régulation naturelle de la température. Les termitières utilisent une ventilation naturelle pour maintenir une température constante à l’intérieur, malgré les fluctuations de température extérieure. Des hôtels comme l’EcoCamp Patagonia au Chili ont adopté cette approche, en s’inspirant de la structure d’un nid de guêpes pour concevoir leurs dômes d’hébergement.
  • Transport écologique : Le biomimétisme peut également inspirer le design des moyens de transport pour les rendre plus économes en énergie et plus respectueux de l’environnement. Un exemple célèbre est le Shinkansen au Japon, dont le nez a été modelé sur le bec du martin-pêcheur pour réduire le bruit et augmenter l’efficacité énergétique.
  • Écotourisme et randonnées : Les principes du biomimétisme peuvent être appliqués à la conception des sentiers de randonnée pour minimiser l’érosion et l’impact sur l’environnement. L’observation de la façon dont l’eau et les animaux se déplacent à travers le paysage peut aider à créer des sentiers qui sont à la fois respectueux de l’environnement et agréables pour les randonneurs.
  • Gestion des ressources en eau : Les hôtels et autres installations touristiques peuvent s’inspirer du fonctionnement des écosystèmes naturels pour gérer plus efficacement l’eau. Par exemple, certains organismes du désert, comme le scarabée du désert du Namib, ont évolué pour capter l’humidité de l’air. Cette technique peut être imitée pour recueillir l’eau de condensation ou la rosée pour un usage domestique dans les hôtels.
  • Services alimentaires : La restauration peut s’inspirer des principes de l’agriculture régénérative et de la permaculture, qui s’inspirent des écosystèmes naturels pour créer des systèmes alimentaires durables. Cela peut inclure la culture d’aliments locaux dans les hôtels ou les restaurants, la réduction des déchets alimentaires, ou l’utilisation de techniques de compostage pour recycler les déchets organiques.
  • Éducation et sensibilisation : Le biomimétisme peut également être utilisé comme outil d’éducation et de sensibilisation pour les touristes. Par exemple, des visites guidées ou des ateliers peuvent être organisés pour expliquer comment la nature a inspiré divers aspects de la conception des installations touristiquesDesign des parcs et espaces de loisirs : Inspirés des systèmes naturels, les espaces de loisirs peuvent être aménagés pour favoriser la biodiversité et contribuer à la régénération de l’environnement. Par exemple, l’aménagement de zones humides artificielles dans les parcs urbains peut aider à gérer les eaux pluviales tout en offrant un habitat à diverses espèces sauvages.
  • Promotion de la biodiversité locale : Des pratiques inspirées du biomimétisme peuvent être utilisées pour promouvoir la biodiversité locale et fournir des habitats pour la faune. Des projets de restauration écologique, tels que la plantation d’espèces indigènes, peuvent aider à attirer et à soutenir la faune locale, enrichissant ainsi l’expérience des visiteurs.
  • Architecture respectueuse de l’environnement : L’architecture peut s’inspirer du biomimétisme pour créer des structures qui sont en harmonie avec leur environnement naturel et qui minimisent leur impact écologique. Par exemple, des structures peuvent être conçues pour maximiser l’éclairage naturel, imitant la façon dont les arbres laissent passer la lumière à travers leur feuillage, ou pour faciliter la ventilation naturelle, en s’inspirant des structures naturelles comme les termitières.
  • Technologies d’énergie renouvelable : Les systèmes d’énergie renouvelable peuvent également être inspirés par la nature. Par exemple, l’efficacité des panneaux solaires peut être améliorée en imitant la structure des feuilles qui optimisent la capture de la lumière solaire. De même, les turbines éoliennes peuvent être conçues pour imiter la forme des ailes de certains oiseaux ou insectes pour maximiser leur efficacité.

Le biomimétisme offre un potentiel énorme pour le développement durable du secteur touristique. En s’inspirant des solutions que la nature a évoluées au cours de millions d’années, nous pouvons concevoir des expériences touristiques qui sont non seulement agréables pour les visiteurs, mais qui contribuent également à la protection et à la régénération de notre environnement naturel.

Pour parvenir à une approche durable et régénérative du tourisme, il faut repenser complètement le système et impliquer toutes les activités humaines associées à ce domaine. Cela inclut tous les aspects de la chaîne de valeur, tels que la mobilité, l’hébergement, l’information, la restauration et les activités touristiques.

Il est suggéré que les utilisateurs soient replacés au centre du système et que l’innovation soit guidée à travers la gamification, c’est-à-dire en utilisant des mécanismes de jeu pour encourager la participation et la coopération. Il est souligné que cette approche est efficace, même si elle peut sembler inhabituelle pour beaucoup.

Le processus comprend l’accompagnement des utilisateurs pour qu’ils proposent des projets innovants, même s’ils sont ambitieux ou hors de leur zone de confort. L’objectif est de couvrir toutes les zones d’ombre et de les aider à sortir de leur zone de confort.

Un outil appelé “Bernard” fonctionne comme un jeu de rôle et qui vise à aider les utilisateurs à réfléchir à l’impact de leurs projets sur différents aspects tels que l’expérience utilisateur, l’identité, la société, l’environnement, l’économie et le modèle de déploiement. L’outil est nommé ainsi en référence au bernard-l’hermite, un animal qui s’adapte à ses besoins et ressources, et qui coopère lorsqu’il change de coquille. Cela illustre l’idée d’adaptation et de coopération dans le processus d’innovation. Aussi la notion de soins entre les personnes et l’importance de réparer et de prendre soin des liens d’interdépendance entre les êtres vivants. Il souligne également le rôle que peuvent jouer les politiques publiques dans la création de nouveaux liens entre le secteur public et les communs, et invite à se questionner sur ce qui se passerait si nous prenions l’homme comme source d’inspiration, mais dans d’autres temporalités et cultures.

Enfin, notons l’importance du territoire, qui peut parfois sembler lointain, mais qui est essentiel à la prise en compte de la réalité sur le terrain. L’idée est que nous devrions nous doter de nouveaux imaginaires pour repenser notre approche du tourisme et de la durabilité.

 

Le biomimétisme, comme expliqué par Anne Le Gars, designer et biomiméticienne au Petit Hub de la région Bretagne, est une philosophie interdisciplinaire qui s’inspire de la nature pour concevoir des produits, des services et des systèmes résilients et durables. Elle suggère que l’industrie et l’innovation peuvent tirer des leçons de la manière dont les systèmes naturels résolvent les problèmes. Contrairement aux approches industrielles traditionnelles qui consomment beaucoup d’énergie et de matières premières, les systèmes naturels privilégient l’information, la structure et utilisent moins d’énergie et de matières.

Anne considère que le biomimétisme n’est pas seulement un outil de conception, mais aussi une boussole pour la prise de décision. Il incite à se demander ce qu’un produit ou un service apporte réellement à la société et à l’environnement, et à considérer si la nature ne pourrait pas faire mieux. Le biomimétisme a également une dimension sociale : il encourage la coopération et l’apprentissage mutuel entre les différentes disciplines, comme la biologie et la technologie, et favorise une meilleure interaction entre les humains et leur environnement.

En tant que designer, Anne a intégré le biomimétisme dans sa pratique quotidienne. Elle souligne que chaque projet basé sur le biomimétisme n’aboutit pas nécessairement à une réponse parfaite, mais ce n’est pas le plus important. Le but est d’adapter nos activités humaines pour qu’elles soient non seulement moins dommageables, mais aussi régénératives pour notre environnement. Elle parle d’humilité et de la nécessité de remettre en question nos certitudes et de se tourner vers la nature pour trouver de meilleures réponses.

Anne met en avant plusieurs principes de conception basés sur le biomimétisme. Premièrement, la cohabitation : comment vivre en harmonie avec les autres humains, mais aussi avec les non-humains et notre environnement. Deuxièmement, la régénération : comment réhabiliter des espaces dégradés, comme une friche industrielle, en y réintroduisant la nature. Enfin, la transmission : partager des connaissances et valoriser les savoir-faire locaux.

Elle met également en avant l’importance de la pédagogie dans les projets de design basés sur le biomimétisme. Il est crucial de communiquer et de partager les idées et les motivations derrière un projet, notamment avec les acteurs publics qui jouent un rôle crucial dans la réalisation de projets urbains. Enfin, elle souligne que le biomimétisme ne se limite pas à la phase de conception : il doit être intégré dans tout le cycle de vie du projet, y compris après sa mise en œuvre.

Le biomimétisme est donc une approche de conception qui s’inspire de la nature pour créer des produits, des services et des systèmes qui sont à la fois durables, résilients et régénératifs. Il favorise la cohabitation harmonieuse entre les humains et la nature et encourage la transmission de connaissances et de savoir-faire.